9. Archéologie historique de la Caraïbe.

Illustrations.

55. Plan de la sucrerie de Fonds-Saint-Jacques (dessin Roger Mystille, CERA Martinique).

56. Vestiges mis au jour par la fouille archéologique de la « vinaigrerie » où de situait l'alambic destiné à la fabrication du rhum, au XVIIème siècle (photos F. Rodriguez-Loubet).

57. Sépulture en cours de fouille du cimetière des esclaves de Fonds-Saint-Jacques (1992). Il s'agit de la première découverte archéologique de ce type de site dans les DOM-TOM (photo F. Rodriguez-Loubet).

Résumé

Cet aspect de l'archéologie a fait l'objet d'une attention toute particulière. En effet, la période pré-colombienne avait déjà été bien développée par mon prédécesseur, M. Mario Mattioni, également créateur du Musée d'Archéologie de la Martinique, qui avait réalisé des fouilles importantes dans les grands sites de l'île. Mais les sites historiques, parfaitement identifiés et documentés par Mireille Mousnier et Danielle Bégot, professeurs à l'UAG, n'avaient encore jamais fait l'objet de fouilles scientifiques. Le plus spectaculaire était l'ancienne ville de Saint-Pierre, détruite par l'éruption de la Montagne Pelée en 1902 et conservant, sous plusieurs mètres d'épaisseur de cendres volcaniques, des témoignages uniques de la vie d'un des sites urbains les plus riches et les plus raffinés des Antilles. Cette étude a fait l'objet d'un programme de recherche comparatif avec la Havane, à Cuba, montrant deux évolutions radicalement différentes, liée à deux conceptions tout aussi différentes de la ville portuaire et de ses services, au moins depuis le XVII ème siècle. Un autre programme international, cette fois avec Trinidad et Tobaggo, s'est attaché à approfondir ces évolutions de villes portuaires anciennes, toujours à partir des fouilles programmées de Saint-Pierre de la Martinique. Le label « Ville d'art et d'Histoire », décerné par le ministre de la culture, Jack Lang, venu le remettre personnellement aux autorités locales, a également été une première dans les Départements d'Outre-Mer.
Dans un même temps, des fouilles ont été réalisées, pour la première fois, dans certains sites industriels anciens. Les cases d'esclaves de l'ancienne habitation sucrière de Fonds-Rousseau ont fourni des informations sur la manière dont leurs occupants aménageaient ces espaces minuscules. A Fonds-Saint-Jacques, les fouilles de l'ancien cimetière d'esclaves a également apporté des données totalement inédites et inattendues sur les traditions funéraires collectives existant à l'époque. La malnutrition, l'usure articulaire liée aux conditions de travail et d'autres informations de caractère anthropométrique ont été recueillies. Mais nous avons également pu observer une extraordinaire attention apportée aux conditions d'inhumation des défunts et, d'une manière générale, des formes de solidarité surprenantes malgré l'extrême difficulté des conditions de vie.

Publications