8. Archéologie préhistorique de la Caraïbe.

Illustrations.

48. Grandes haches en coquillage poli (Strombus gigas). Photos F. Rodriguez-Loubet.

49. Le Docteur Robert Rose-Rosette montrant des mortiers creusés dans le rocher (photo F. Rodriguez-Loubet).

50. Etudiants en archéologie de l'Université des Antilles et de la Guyane (photo F. Rodriguez-Loubet).

51. Vase anthropomorphe de la tradition « barrancoïde » (photo F. Rodriguez-Loubet).

52. Fragments de vases de la tradition « barrancoïde » (photos F. Rodriguez-Loubet).

53. Vase peint et anse de vase gravée de la tradition « saladoïde » (photos F. Rodriguez-Loubet).

54. Vase de la tradition « meillacoïde » (photo F. Rodriguez-Loubet).

Résumé

Plutôt que de mener des fouilles archéologiques, j'ai préféré former des étudiants en histoire de l'Université des Antilles et de la Guyane (UAG) et créer une première association d'archéologie destinée à réaliser des opérations l'archéologie préventive dans les DOM. Le Centre d'Etudes et de Recherches Archéologique (CERA) a donc été institué en Martinique et en Guyane, grâce à la confiance et au soutien des Collectivités Territoriales. Quatre chercheurs doctorants en Martinique et deux en Guyane ont donc été recrutés pour mener les premières opérations préventives, en lien avec l'Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales (AFAN). Les relations étroites avec l'UAG ont permis la formation des étudiants aux techniques de terrain et de laboratoire, parallèlement à leur formation théorique. Les premières fouilles programmées ont également été lancées, essentiellement en Martinique, de manière à affiner les connaissances en ce qui concerne les étapes migratoires originaires du continent sud-américain (essentiellement du Vénézuela) et les évolutions culturelles locales jusqu'à l'arrivée des premiers Européens.
Ceci m'a conduit à proposer un nouveau cadre chronologique de peuplement et de « créolisations » successives entre populations arrivées à des époques différentes aux Antilles, avec des économies et des schémas sociaux qui se sont progressivement intégrées pour aboutir à des formes culturelles originales.
Parallèlement, en Guyane, une grande opération d'archéologie préventive a été organisée avec un soutien financier tout à fait exceptionnel du ministère de la culture et la participation du Département. Le futur réservoir du barrage hydroélectrique du Sinnamary, à Petit Saut, a ainsi fait l'objet d'une vaste opération de prospection et de fouille, sous la direction de Philippe Nowacki-Brezyski, avec des résultats de première importance pour la connaissance des plus anciennes occupations humaines dans cette partie de l'Amazonie.
Tout cela a également permis la création de publications sous la forme de collections spécifiques aux Antilles : « Caribena, cahier d'études américanistes de la Caraïbe », les « Guides Archéologiques de la Martinique », des monographies de sites, un premier guide méthodologique pour l'études des matériaux archéologiques destiné aux étudiants, etc. Par ailleurs, la mise à niveau avec l'archéologie nationale a été réalisé en publiant les premiers « Bilans Scientifiques Régionaux » (BSR) rendant compte des travaux accomplis par le CERA et par l'AFAN, ainsi que par les membres du Service régional de l'archéologie qui ont également commencé à s'investir dans la recherche de terrain et de laboratoire.

Publications