7. Ethnopréhistoire du Désert de Sonora (Etat de Sonora, Mexique et Arizona, USA) : Quitovac.

Illustrations.

35. Désert du Sonora, également appelé « Désert de l'Altar », autour de Quitovac (1 et 2); détail d'une formation du « Cerro del Pinacate » (3) vaste ensemble volcanique du Quaternaire contenant de l'obsidienne. Le héros I'Itoy, déçu par le peu de reconnaissance que lui avaient manifestée les habitants de Quitovac, qu'il avait sauvés du « Monstre de la Lagune », se serait enfoncé en tournant sur lui-même au plus profond d'un volcan du Pinacate. Là, il se serait mis en sommeil en se transformant en un gigantesque crapaud de pierre (photos F. Rodriguez-Loubet).

36. Don Luciano Noriega, chamane et gardien du site de Quitovac (photo F. Rodriguez-Loubet).

37. Le village de Quitovac (1), vu du « Cerro Grande » voisin qui accueille les nécropoles pré-chrétiennes et la grotte sacrée dans laquelle était conservée « La Diosita », idole des Tohono O'Otam. Au centre, la lagune, vestiges d'un paléolac du Pleistocène, unique en son genre dans tout le Désert de l'Altar; (2) la cabane en bois et troncs de cactus-cierges de Don Luciano Noriega (photos F. Rodriguez-Loubet).

38. Essai de reconstitution des extensions successives du village depuis l'origine de Quitovac (dessin F. Rodriguez-Loubet et Roger Mystille.

39. Chantier de fouilles en cours, sur le site d'abattage et de décarnisation de mammouth; vues rapprochées de la section d'une défense et de molaires encore en place (photos F. Rodriguez-Loubet).

40. Vues ventrale, dorsale et latérale d'un instrument de pierre sur éclat long, découvert en association avec les vestiges de mammouths (photos Victor Lagarde)

41. La « Sierra de Cubabi », dans le Désert du Sonora, grand relief granitique érodé; vue d'un détail des rochers de très grande taille constituant le paysage chaotique qui caractérise la zone (photos F. Rodriguez-Loubet).

42. Un des rochers de grande taille, contenant une grotte occupée de manière saisonnière par les populations nomades depuis plusieurs millénaires (photo F. Rodriguez-Loubet).

43. A l'intérieur de la grotte de Cubabi (à gauche), les volutes gravées sur les parois rocheuses (en haut à droite) sont en tous points semblables à celles du « Cerro El Sombrero » observées dans l'Etat du Guanajuato (en bas à droite). Photos F. Rodriguez-Loubet.

44. Le « Cerro Grande », qui domine le village de Quitovac, est aménagé en terrasses portant les anciennes sépultures en pierres sèches en forme de petites maisons couvertes de toits en tiges de cactus cierge. Les défunts étaient déposés assis contre les parois, avec leurs objets quotidiens (instruments de cuisine, armes, récipients contenant de la nourriture, etc.). Au sommet du Cerro de trouve la petite grotte sacrée, dite « de la Petaca », saccagée lors du vol de « La Diosita » de Quitovac, dans les années 1950 (photos F. Rodriguez-Loubet).

45. Grande perle biconique gravée de motifs de style Hohokham, présentée à l'auteur pour expertise par un intermédiaire de son propriétaire qui serait un habitant de Caborca, plusieurs années avant le programme archéologique de Quitovac. Il pourrait s'agir de la « Diosita » dont le vol dans les années 1950 est attribué par les habitants du village à quelqu'un de Quitovac. Le rapprochement par l'auteur avec cette photo d'archives n'a été fait que récemment (photos Victor Lagarde).

46. Don Mariano Salcido-Velasco, habitant de Quitovac, montre la coiffe cachant le visage des danseurs du rite du Wikita (le mot signifiant « Duvet Blanc de l'Aigle », élément lié aux nuages de pluie) et la ceinture à sonnailles, également destinée à appeler la pluie (photos F. Rodriguez-Loubet)..

47. Vases en céramique datant de la fin du XIXème siècle. Le plus grand (à gauche) servait à préparer la boisson fermentée, ou « tepache », pour la cérémonie du Wikita; le petit bol (en haut à droite) était utilisé pour consommer ce breuvage; la cruche (en bas à droite) contenait le sirop de fruits rouges de cactus-candélabre (« pitaya »). Photos F. Rodriguez-Loubet.

Résumé

Le programme d'étude ethoarchéologiques dans le Sonora a été décidé après plusieurs années de recherches sur les populations de chasseurs-cueilleurs du Nord du Mexique et du Sud-Ouest des USA. L'intérêt de Quitovac, petit village perdu dans le désert de l'Altar, résidait surtout dans l'existence du point d'eau permanent qui n'avait pas pu passer inaperçu des premiers témoins de la conquête du Sonora, arrivés sur place presque deux siècles après la conquête du reste du Mexique.
Du début à la fin, les travaux archéologiques ont été réalisés en respectant scrupuleusement toutes les formalités légales, au niveau de l'Etat fédéral mexicain, avec l'aval formel des autorités locales de la communauté Tohono O'Otam. Celles-ci ont d'ailleurs étroitement participé aux reconnaissances et aux fouilles archéologiques, selon une tradition bien établie au sein du CEMCA depuis de longues années.
Documents signés par les autorités locales et carnets de relevés des émoluments versés à celles-ci en tant qu'accompagnateurs ont été dûment conservés et archivés, comme dans toutes les missions menées dans un cadre officiel.
Par ailleurs, tous les vestiges soigneusement étudiés par des spécialistes, tant à Caborca qu'à Mexico, ont toujours été ramenés sur les lieux de fouilles après leur analyse en laboratoire. Craignant sans doute que cela ne soit pas le cas, lors de la dernière campagne, des parents des habitants de Quitovac résidant en Arizona ont, semble-t-il, réclamé à corps et à cri le retour immédiat des vestiges avant la fin de leur étude en laboratoire. Ce qui a eu pour effet d'interrompre le programme. Les résultats des travaux de la phase accomplie ont été publiés, malgré cet arrêt surprenant, en essayant de restituer tout ce qu'il a été possible de rassembler comme informations scientifiques pour que soit conservée la mémoire de l'extraordinaire et merveilleuse histoire de Quitovac.

Publications